Search

Comprendre l'évaluation en écriture



Développer des aptitudes en écriture est une des compétences de base dans le programme de formation de l’école québécoise. Bien que les enseignants soient formés pour l’évaluer, il peut être difficile, comme parent, de s’y retrouver. Plusieurs termes techniques sont utilisés et il peut sembler que le jugement de l’enseignant soit subjectif. Bien entendu, ce-dernier porte un jugement professionnel sur les textes de vos enfants, mais il a aussi des balises à respecter. Aussi, selon l’année scolaire de votre enfant, l’enseignant portera un jugement plus ou moins sévère. Démêlons tout cela un critère à la fois.


Adaptation à la situation d’écriture

Cette compétence est évaluée dès la première année et compte pour 20% de la note globale de votre enfant. Pour réussir ce critère, votre enfant doit être capable d’écrire un texte en lien avec le sujet donné. De plus, ses idées doivent correspondre à l’intention d’écriture (raconter, informer, convaincre, etc.). En portant son jugement, l’enseignant de votre enfant regarde aussi si les idées sont suffisamment développées et si elles sont pertinentes. Bref, le texte de l’élève doit avoir plusieurs idées développées qui respectent le thème donné et l’intention donnée.


Cohérence du texte

Cette compétence est évaluée à partir de la 3e année et compte pour 20% de la note. Au premier cycle, les enseignants peuvent émettre des commentaires afin que les élèves s’améliorent, mais ce n’est pas évalué. Dans cette compétence, trois aspects sont pris en compte : l’ordre des idées, la division du texte en paragraphes et les liens entre les idées dans les phrases et entre les phrases. Le texte doit être écrit selon un ordre séquentiel, logique ou chronologique, les étapes d’une recette ou le schéma d’un récit, par exemple. Aussi, il doit être divisé en paragraphes représentants les parties du texte. Le plan d’écriture fournit aux élèves est habituellement déjà découpé en sections afin de les aider. Finalement, les élèves doivent utiliser des marqueurs de relation ou des termes substitutifs pour créer des liens entre les paragraphes et les phrases. Par exemple, l’enfant pourrait écrire Le garçon après avoir nommé Jacob dans la phrase précédente.


Utilisation d’un vocabulaire approprié

Encore une fois, cette compétence est évaluée seulement dès la 3e année et compte pour 20%. Les mots utilisés doivent être précis et variés. Par exemple, les enfants peuvent reprendre des mots lus ou entendus en classe. Si le texte parle d’une forêt, les termes sapins ou érables sont plus précis que le mot arbre. De plus, ils doivent être variés, donc il ne faut pas que l’enfant répète le même mot ou la même expression trop souvent. En plus, les mots doivent respecter le sens que le dictionnaire leur donne tout en étant conforme à la langue. Donc, par exemple, si le personnage de l’histoire est cool, l’enfant sera pénalisé puisque cool est un mot emprunté à l’anglais pour lequel un mot français existe.


Construction des phrases et ponctuations appropriées

Vous l’aurez deviné, cette compétence vaut 20% de la note. Elle est évaluée dès la première année et l’enseignant évalue les enfants selon les apprentissages faits en classe. Par exemple, si un enfant fait une énumération dans son texte, mais que cela n’a pas fait l’objet d’un apprentissage auparavant, une rétroaction pourra être mise, mais pas de pénalité. Cette compétence évalue la structure des phrases ainsi que la ponctuation (majuscule, point, virgule, etc.). Les phrases sont évaluées sur le plan du sens, de la structure et de la ponctuation.


Respect des normes relatives à l’orthographe d’usage et à l’orthographe grammaticale

Maintenant, la bête noire de plusieurs élèves, l’orthographe d’usage et l’orthographe grammaticale. Cette compétence compte aussi pour 20% de la note globale et elle est évaluée dès la première année. Encore une fois, l’enseignant évalue et juge le texte de l’enfant selon ce qui a été enseigné et ce qui est à la disposition des élèves. L’orthographe d’usage est la façon dont le mot est écrit dans un livre. L’orthographe grammaticale est tout ce qui a trait à la grammaire (accord de l’adjectif avec le nom, accord du verbe, etc.). Cette compétence est la seule jugée de manière quantitative, elle est définie par le pourcentage d’erreurs repérées dans le texte en fonction du nombre de mots.


Lorsqu’on porte attention à ces critères, on remarque que 60% de la note globale est destinée aux idées des élèves, à leur présentation et à leur originalité. Aussi, 20% de la note représente la structure des phrases, puis un dernier 20% pour l’orthographe. Il est donc aussi important que votre enfant aie de bonnes idées bien structurées qu’il sache écrire les mots adéquatement. Lorsqu’on fait cette remarque, il peut être plus facile en tant que parent de donner des rétroactions positives à son enfant.

Pour avoir plus de détails:

http://seduc.csdecou.qc.ca/prim-fra/grilles-devaluation-en-ecriture/

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now